Charte du Réseau AMY Les buts du RAMY

Charte du Réseau AMY – 20 janvier 2018

Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines (Réseau AMY)

Nous, organisations, associations, collectifs et personnes intervenant en soutien aux migrants, formons le Réseau pour l’Accueil des Migrants en Yvelines dit Réseau AMY. Nous sommes réunis par notre volonté commune d’accueillir dignement tous les migrants quelles que soient les raisons qui les ont conduits à venir en France.

L’arrivée de migrants et réfugiés a entraîné un important mouvement populaire de solidarité. Malgré des réactions de crainte et de rejet, malgré la démagogie de certains élus locaux et de certains mouvements politiques, cette solidarité s’est exprimée par la création de collectifs, de comités de soutien et de nouvelles associations. Le réseau AMY est une émanation de cette solidarité.

Le Réseau AMY a pour but :

  • de faciliter l’accueil des migrants ainsi que le dialogue, la rencontre et l’interaction entre Yvelinois et personnes migrantes ;
  • de partager pratiques et expériences dans tous nos domaines d’intervention pour mieux accueillir les migrants qui sont sur nos territoires ;
  • d’agir en commun vis-à-vis des autorités de l’État, des collectivités territoriales et des administrations pour faire respecter les droits des migrants dans le cadre des déclarations et conventions internationales, notamment droit d’asile, droit à l’hébergement inconditionnel d’urgence, droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille, libre circulation telle que définie par l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, etc. ;
  • d’informer et d’agir pour que les lois et les mesures prises par le Gouvernement, les collectivités territoriales et les institutions concernant l’accueil des personnes migrantes soient respectueuses des droits humains fondamentaux et des conventions internationales ;
  • de lutter pour l’abrogation des accords de Dublin, et, en attendant, d’agir en commun vis-à-vis des Préfectures et du Gouvernement pour demander l’application de la clause dite « discrétionnaire » ou « de souveraineté » des accords de Dublin : « Chaque État membre peut décider d’examiner une demande de protection internationale qui lui est présentée par un ressortissant de pays tiers ou un apatride, même si cet examen ne lui incombe pas en vertu des critères fixés dans le présent règlement » ;
  • de faire connaître aux médias, aux élus et à la population les actions de solidarité avec les migrants dans les Yvelines ;
  • de réaffirmer le droit pour tout citoyen qui le souhaite de venir en aide aux personnes en difficulté.

Navigation

AgendaTous les événements

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur